Les ermites du Mont-Carmel


La belle aventure carmélitaine a commencé au 11ème/12ème siècle, sur une magnifique chaîne de montagne, s'étendant sur environ 25 km, avec vue
sur la Méditerranée: le Mont-Carmel.


La renaissance de la vie d'ermite était directement liée aux difficultés de la vie religieuse communautaire. La vie dans les monastères était devenue trop compliquée et leur administration réclamait trop de forces.



Des laïcs ont alors cherché (et trouvé) un lieu éloigné pour vivre avec Dieu seul, chaque jour, jour et nuit. Chaque ermite avait son propre habitat, solitaire, sans être relié aux autres dans un premier temps.
 

Mais ce ne fut pas le dernier mot. Après un certain temps, les ermites ont commencé à se réunir une fois par semaine, pour célébrer l'Eucharistie. Plus tard, ils se réunirent tous les jours, pour l'Eucharistie, et ils cherchèrent à s'organiser. Chacun gardait toutefois son propre espace de vie. Une Règle a été écrite par Saint Albert, patriarche de Jérusalem: la Règle primitive de l'Ordre de la bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel (datée entre 1206 et 1214). Plus tard, l'histoire carmélitaine se déroulera en occident. Le carmel deviendra plus communautaire, et plus apostolique pour les hommes. 


Qu'est ce que ces origines de l'histoire carmélitaine ont à nous dire aujourd'hui?


Il y a de l'espace pour beaucoup et pour des formes de vie diverses au sein du carmel. Le choix de placer l'accent plutôt sur la vie d'ermite ou plutôt sur la vie communautaire dépend fortement de l'époque: lorsque la vie dans les monastères se trouve en difficultés, c'est l'érémitisme qui surgit à nouveau, pour un certain temps. Le désir de se réunir pour prier ou plus revient alors, après un temps plus ou moins long.


N'est-ce pas là une magnifique dynamique? Le carmel offre une flexibilité qui est tellement en accord avec l'époque actuelle.



 

Que chacun demeure seul dans sa cellule ou près d'elle, méditant jour et nuit la loi du Seigneur (cf. Ps 1, 2; Jos 1, 8) et veillant dans la prière (cf. 1 P 4, 7), à moins qu'il ne soit occupé en raison d'autres justes causes.

(Règle primitive, 8)


Texte complet: Règle_Carmel


Plus de détails avec illustrations sur l'histoire