Edith Stein


Quelques années après Thérèse de Lisieux, une femme d'un tout autre genre vivait dans un carmel, d'abord en Allemagne, puis aux Pays-Bas : Thérèse-Bénédicte de la Croix, mieux connue sous le nom d'Edith Stein (1891-1942).


Edith Stein est entrée au Carmel de Cologne, attirée par Thérèse d'Avila. Elle avait étudié la philosophie et s'était spécialisée en phénoménologie, avec Husserl pour maître. Elle fit sa thèse de doctorat en cette matière, avec l'ouvrage : Zum Problem der Einfühlung (sur l'empathie).


A l'époque, une formation académique aussi riche était une exception dans un carmel féminin, et elle l'est peut-être encore. Au carmel, Edith Stein a bien sûr participé aux tâches ménagères, même si elle n'était pas très habile en la matière. Une de ses soeurs en a parlé ainsi: "Nous avons souvent ri en la voyant occupée à ces travaux. Tu aurais dû la voir passer la serpillère! C'était comme si elle traînait un chien en laisse à travers le couloir. Avec sa main droite, elle tirait la serpillère à travers le couloir, dans l'espoir d'y voir s'accrocher un peu de poussière".


A cause de son origine juive, elle dut fuir l'Allemagne en 1939, pour se réfugier aux Pays-Bas, au Carmel d'Echt. Malheureusement ce ne sera pas le refuge sûr tant espéré. 


Lorsque la situation s'est également dégradée aux Pays-Bas, ses soeurs essayèrent de l'envoyer au Carmel du Pâquier en Suisse. Finalement, la réponse positive arrivera trop tard. 


Le 2 août 1942, un dimanche après-midi, Edith Stein est arrêtée au carmel d'Echt, en compagnie de sa soeur Rosa et transportée à Amersfoort, un camp de transit. Ensuite, le passage à la mort sera rapide, passant par Westerbork et Auschwitz-Birkenau où elle décède le 9 août 1942. Les dernières paroles qu'elle a dites au carmel d'Echt étaient adressées à sa soeur Rosa: : "viens, allons pour notre peuple" (peinture du Carmel de Reno, Nevada USA).


Edith Stein nous laisse de nombreux écrits, spirituels, philosophiques, ainsi qu'une correspondance dense et passionnante. La totalité de ses écrits ont été publiés récemment en allemand, dans la Edith Stein Gesamtausgabe (ESGA). Certains écrits sont traduits en français. Son oeuvre philosophique la plus importante est: Endliches und ewiges Sein.


La Kreuzeswissenschaft (Science de la Croix), une étude sur la spiritualité de Jean de la Croix, est une oeuvre majeure. Elle était en train d'écrire le chapitre "sur les pas du Crucifié" (relatant les derniers jours de Jean de la Croix) lorsqu'elle fut arrêtée. Le chapitre fut alors définitivement interrompu. 


Edith Stein a ouvert la voie pour des femmes avec un bagage intellectuel au carmel. Elle est la "preuve" qu'une vie intellectuelle riche et la spiriutalité carmélitaine peuvent faire très bon ménage. En ce sens, elle est en avance sur son temps.

 
 

 


Maintenant, nous pouvons expérimenter un peu ce que signifie vivre vraiment de l'intérieur de nous-même (Edith Stein, Westerbork 4 août 1942, lettre no 766, 5 jours avant sa mort).


Dans une période extrêmement tourmentée (19 mars 1939), Edith Stein a écrit le poème / la prière "Veille sur nous, St Joseph".

Diaporama en français : Edith Stein - Veille sur nous

Diaporama en allemand (langue originale): Edith Stein - St. Josef, sorg!


Une année plus tard (en janvier 1940), elle a écrit le poème "Au gouvernail".

Vidéo en français : Edith Stein - Au gouvernail

Vidéo en allemand (langue originale): Edith Stein - Am Steuer